Les tribulations de Mlle M….

Un site utilisant unblog.fr

 

cinquante nuances de Grey 15 février 2015

Classé dans : film — lestribulationsdemllem @ 14 h 37 min

371396.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

J’ai lu les livres, donc forcément j’attendais la sortie du film avec impatience. Je suis souvent déçue des adaptations cinématographiques, mais pour le coup, ce fut une bonne surprise.

Il faut dire que les livres ne sont pas franchement de la bonne littérature, mais l’histoire est très bien, et lire un roman  » érotique » était une première pour moi.   

Je ne comprends pas le succès des romans, à part l’originalité du sujet, je crois d’ailleurs que si les romans ont reçus un tel engouement c’est uniquement grâce au  thème abordé car il fallait quand même oser écrire aussi mal :)  

Le visionnage du film au ciné fut une aventure, une salle pleine à craquer, applaudissement lors du premier baiser entre les héros ( pourquoi?????????) je me suis posée la question suivante:  les spectatrices vont elles faire une « ola » lors du premier coït ? Non ( je suis soulagée) ….. 

Les très attendues scènes de sexe sont joliment filmées: pas pornographiques, elles montrent la nudité des deux acteurs assez naturellement, sans forcer. A mi-chemin entre les scènes d’amour  épurées d’Hollywood et les détails précis fournis par E. L. James, il y a là un équilibre qui n’était pas simple à trouver. 

Si on sourit souvent, quand on ne rit pas franchement, durant les deux heures de « Cinquante Nuances de Grey », c’est parce que sa réalisatrice, Sam Taylor-Johnson, a gommé tous les aspects à l’eau de rose du roman. Ainsi, elle transforme le personnage de godiche d’Anastasia Steele en jeune femme au caractère bien trempé, volontaire et pourvue d’un solide sens de l’humour. Adieu la vierge effarouchée qui, dans le roman, nous accablait d’interminables monologues.

Au final le film est bel et bien une romance passionnelle. Nous n’y trouverons pas de « scène culte » comme l’avait été, celle de La Vie d’Adèle (pour ne citer qu’elle). La simple vue de la Chambre Rouge – très bien reconstituée- nous fait frémir. Mais ça s’arrête là : la réalisatrice préfère les draps de satin au martinet.

Vivement l’acte 2 …. 

 

Commenter

 
 

Cemondla |
Luzielle |
Maxime collier |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Clarinette au Québec
| Charlesevente
| Mauvais genre